MÉTHODOLOGIE DES SCIENCES SOCIALES

Eric SORIANO, Maitre de conférences en science politique

Master 2 HIRISS

– Consignes pour la réalisation du dossier –

 

Le dossier que vous devrez rendre en fin de semestre est un projet de recherche construit à partir de votre terrain de recherche et/ou votre lieu de stage. Il s’agira donc de rédiger un document d’une vingtaine de pages (Times Roman 12) comprenant plusieurs des exercices suivants (les exercices 2 et 7 étant obligatoires) au choix :

 

  1. Une revue de presse: notamment construite à partir des outils accessibles grâce à l’ENT, ce premier travail permettra de mieux faire comprendre les enjeux présents de votre recherche. La connaissance du présent d’un objet de travail permet à la fois de mieux en définir les enjeux politiques et intellectuels et de mieux les « mettre à distance ». C’est un des attendus de la méthodologie des sciences sociales que de considérer que l’enquêteur (historien, sociologue, anthropologue…) ne peut s’exclure des enjeux du présent. Ces-derniers déterminent largement son rapport à l’objet de travail.

 

  1. La construction d’un objet : la définition d’un objet de travail est un processus long qui consiste à faire de son « sujet » de départ un véritable objet d’enquête. L’élément fondamental de ce processus est décaler progressivement ses interrogations au gré du matériau de recherche disponible. Il s’agit donc, non pas de décider de son objet, mais de savoir adapter ses interrogations aux sources de travail susceptibles d’être mobilisées. Cette rubrique aura pour enjeu de décrire les sources de travail et d’imaginer quelles interrogations elles peuvent susciter.

 

  1. La description d’une situation: ce passage est un exercice d’écriture. Il consiste à vous engager à exposer une situation précise pour alimenter un objet de travail. Cet exercice peut prendre plusieurs aspects : la description des personnages (apparence physique, hexis et posture corporelle, prise de parole…) et des lieux (institutions, salle, mobilier…) comme cadre de l’interaction. L’objectif n’est évidemment de décrire en soi, mais plutôt de définir les contraintes d’une situation et de montrer en quoi les lieux décrits constituent autant de prescription.

 

  1. Un entretien retranscrit : cet exercice est une manière de vous confronter à une expérience inédite : la réalisation d’un entretien compréhensif. Cet entretien devra être conduit selon les règles établies en cours et montrer une aptitude à construire une discussion avec un acteur choisi par rapport à l’objet prédéfini.

 

  1. Le traitement de données statistiques ou la réalisation d’un questionnaire : cet exercice a pour objectif de vous familiariser à la recherche quantitative et à vous obliger à vous donner les moyens de quantifier les phénomènes sur lesquels vous souhaitez travailler. Il consiste en particulier à établir des corrélations entre plusieurs phénomènes et à réfléchir à des possibles causalités.

 

  1. Une biographie problématisée : la production de la biographie problématisée d’un de acteurs centraux de votre recherche vous permettra de mieux faire comprendre en quoi les acteurs agissent sous contrainte et non selon les seules règles d’un libre arbitre. L’exercice consistera notamment à comprendre ce qu’une trajectoire individuelle nous dit d’un contexte plus général.

 

  1. Une bibliographie : ce travail classique permettra à l’étudiant de montrer une capacité à aller chercher dans des revues scientifiques le cadre théorique à partir duquel il engagera sa recherche. « Articles d’objet » ou « de décentrement », la bibliographie devra donner le sentiment d’une cohérence intellectuelle et d’une connaissance minimale du champ d’investigation.

 

  1. Une analyse filmique : cet exercice est une manière de vous confronter à la fois à des problématiques que les historiens n’investissent pas toujours (faute de sources) et aux problèmes posés par la construction du récit et d’une intrigue. Analyser un film peut vous permettre de vous confronter à une controverse historiographique, mais également à la diversité des manières de présenter un problème.

 

L’étudiant devra être en capacité de mettre en lien ces différents exercices, c’est-à-dire à définir un « fil rouge » permettant une cohérence générale de l’ensemble du document. Ce fil n’est pas forcément un sujet de travail (la guerre du vietnam…), il peut également être une question plus générale (la violence…).